21.01.2021   Nantes

Atelier Ronin-Steadycam

Conférences

Les étudiants de 3e année de l’école CinéCréatis Nantes ont participé à un atelier portant les stabilisateurs de prise de vue, en comparant deux outils spécifiques : Ronin et Steadycam.

Atelier Steadycam cinécréatis Nantes

Filmer des scènes d’action avec des mouvements de caméra limpides, c’est un savoir-faire qui suppose aussi une expertise avancée d’un matériel dédié.

Ronin et Steadycam, la stabilisation dans le mouvement

C’est pourquoi, en décembre dernier, les élèves de CinéCréatis Nantes ont eu l’opportunité de comparer, de se familiariser avec deux outils de stabilisation : le Steadycam et le Ronin.

En 1972, Garrett Brown élabora le Steadycam, véritable révolution dans le monde de la prise de vue, proposant de nouvelles possibilités inédites de mise en place de mouvements fluides en caméra portée, à hauteur d’homme ou au ras du sol.

De même, les stabilisateurs Ronin, système de stabilisation innovant et versatile, permettent d’harmoniser les mouvements des caméras lors des productions audiovisuelles et le cinéma !

« Durant toute une journée nous avons expliqué aux élèves les similitudes et les différences entre ces deux types de machinerie, qui sont fréquemment utilisées sur les tournages de nos jours », notent Maxime Picoche et Florentin Zweideck, les intervenants du jour et également anciens étudiants de CinéCréatis.

atelier ronin cinécreatis nantes

« Dans un premier temps nous avons pris le temps de faire une partie théorique, nous avons évoqué la technique pure et dure puis la deuxième partie de la journée a été consacrée aux pratiques. » 

La nécessité de l’entrainement

Répartis en deux groupes de 15, les élèves ont essayé individuellement le Steadycam ou le Ronin afin « d’apprendre à équilibrer la caméra, à comprendre son fonctionnement. Ensuite, nous leur avons proposé une mise en situation après la conception d’un scénario que les étudiants ont ensuite mis en images. ». 

Ils ont successivement endossé les rôles du premier assistant caméra, réalisateur, chef électricien, acteurs et évidement opérateur Steadycam ou Ronin.  « Cette mise en pratique leur a permis de se rendre compte que ce n’est pas évident. Le matériel est encombrant, lourd et nécessite beaucoup d’entrainement. »

« Sensibiliser les élèves sur ces outils leur permet aussi de revoir les ambitions de leur film de fin d’étude et de les réadapter en conséquence. Ce n’est pas un matériel évidant, c’est encombrant et lourd cela demande beaucoup d’entraînement. » compléta Maxime Picoche.

Au bout du compte, cette journée formatrice théorique et pratique permettra aux étudiants d’utiliser ces équipements notamment lors de leurs films de fin d’études tout en tenant compte des recommandations des deux professionnels.

partager

Facebook iconTwitter iconLinkedIn icon