Devenir Bruiteur

À l’origine de tous les effets sonores des films, des séries et d’autres productions artistiques se trouve le bruiteur.

Il fait preuve de précision dans toutes ses missions.

Ce métier propre à l’art audiovisuel ne requiert aucune formation particulière. Voici ce qu’il faut savoir de ses compétences, qualités, débouchés et rémunérations.

Bruiteur cinéma

Rôles et mission du bruiteur

Son rôle : produire des effets et des ambiances sonores

Le bruiteur ou la bruiteuse a pour rôle de produire des effets sonores de façon mécanique ou manuelle. Ce professionnel intervient sur les films, les séries télévisées et les émissions de télévision. Il peut aussi travailler pour la radio et même pour les jeux vidéos.

Des bruits de pas, une explosion, un claquement de porte… Tous les sons entendus dans les productions audiovisuelles sont travaillés et produits par un bruiteur.

Pour produire ces sons indispensables aux productions, le bruiteur a recours à de multiples techniques. Il utilise aussi des accessoires, qu’il emploie en studio. Son objectif est de crédibiliser une scène grâce aux sons. Il peut aussi avoir la mission inverser : utiliser les sons pour rendre une scène absurde, comme dans les dessins animés. Le tout, à la demande du réalisateur.

Il ou elle travaille généralement avec le réalisateur et le directeur de la postproduction. Il ou elle collabore également avec l’ingénieur du son, et parfois, un assistant.

Ce professionnel du « bruit » a pour rôle de repérer et de réaliser l’ensemble des sons nécessaires au film ou à la production audiovisuelle, il engage sa responsabilité sur la qualité des sons qu’il produit. Et ce, de façon à permettre leur parfaite intégration aux autres sons utilisés dans le cadre de la production.

Les missions du bruiteur

Les activités principales du bruiteur touchent tous les aspects des effets sonores d’une production :

  • repérer et analyser les sons à recréer, en fonction de la demande du réalisateur, de la production, des contraintes, etc ;
  • rechercher les moyens de créer des bruitages, avec ingéniosité, efficacité et réalisme. Les bruitages que l’on peut entendre au cinéma sont le résultat d’un travail de haute précision de la part des bruiteurs ;
  • Réaliser des bruitages en studio. Après avoir trouvé comment réaliser un bruit, le bruiteur s’attèle à produire le son attendu par le réalisateur. Il utilise pour cela un studio d’enregistrement ainsi que des logiciels audio.

Le bruiteur peut aussi réaliser des missions spécifiques et ponctuelles. Certaines consistent par exemple à réaliser des bruitages pour les chroniques de radio.

Diplômes et formations

Il n’existe pas de formation spécifique dédiée au métier de bruiteur. Cependant, il est fortement conseillé de se rapprocher des formations des métiers du cinéma pour devenir bruiteur.

Le titre RNCP Réalisateur-Concepteur audiovisuel de niveau 6 (équivalent à un Bac+3), est une formation adaptée aux métiers du cinéma, et permet d’acquérir des compétences et connaissances utiles pour exercer ce métier.

C’est aussi un métier que l’on apprend sur le tas, à force d’observation et de travail : le talent et l’expérience feront la différence.

Une bonne technique dans le domaine du son est un véritable plus pour accéder à ce métier. Les formations dans le domaine de productions audiovisuelles sont d’excellentes bases.

Stage de bruiteur / assistant-bruiteur

Il est également possible d’effectuer des stages en tant qu’assistant de bruiteur. Et ce, afin de se familiariser avec ce domaine, avec les techniques utilisées.

En stage, l’étudiant peut apprendre à maîtriser les logiciels audio indispensables à l’exercice de ce métier. Multiplier les expériences professionnelles et personnelles dans ce domaine permet de se forger au fil des expériences. Et bien sûr, de gagner en crédibilité sur le marché de l’emploi.

Compétences et qualités requises

Les qualités du bruiteur

Pour exercer le métier de bruiteur / bruiteuse, il faut avoir une parfaite maîtrise technique des logiciels audio. Mais au-delà des compétences techniques, certaines qualités sont essentielles :

  • une bonne oreille,
  • une haute concentration,
  • une grande rapidité…

Il faut aussi avoir un esprit créatif et un sens artistique développé. L’esprit d’analyse et le sens de l’observation seront des qualités précieuses pour devenir bruiteur, tout comme une bonne mémoire auditive.

La patiente, la débrouillardise, la précision et l’imagination sont des qualités idéales pour l’exercice du métier. Il est de même pour, la créativité, la sensibilité artistique et la capacité d’adaptation.

Les compétences du bruiteur

Les compétences liées à cette activité portent aussi sur la capacité à exécuter des bruitages en parfaite synchronisation avec l’image. Le bruiteur doit pouvoir s’adapter aux lieux d’enregistrement, au matériel à disposition…

Bien entendu, des connaissances en équipements, en microphones et en logiciels permettent de placer précisément les micros. Et ainsi, d’obtenir le résultat sonore attendu.

Repérer la spatialisation d’un son pour une transcription gestuelle appropriée est également une qualité propre aux bruiteurs professionnels. Enfin, le bruiteur doit avoir un sens aigu de la rythmique et une gestuelle adaptée. Le tout, de façon à réaliser des effets sonores d’une grande précision.

Carrières et débouchés professionnels

Le bruiteur est généralement un professionnel engagé par contrat. La durée de son intervention dépend alors essentiellement du projet pour lequel il est sollicité.

L’essor des bibliothèques de bruitages et de sons préenregistrés (sonothèques) a créé une certaine concurrence sur le marché du bruitage. Ils demeurent pas moins que les bruiteurs sont encore heureusement, très sollicités dans le monde du cinéma.

Les grosses productions notamment, sont toujours à la recherche de talents et de bruiteur de renom, d’effets sonores pointus, et très précis. Justement, cette forme d’originalité dans les effets sonores est très recherchée par les réalisateurs et producteurs de films.

Les débouchés professionnels

En termes d’évolution, le métier de bruiteur offre quelques débouchés. Il est par exemple possible de créer sa propre activité, et d’ouvrir un studio de postsynchronisation.

De l’expérience et de la reconnaissance dans le milieu du cinéma sont un plus pour un tel projet d’entrepreneuriat. Débuter une carrière en tant que bruiteur peut s’avérer difficile. Pour cette raison, les stages en studios de post-synchronisation ou de post-production sont non seulement d’excellents tremplins mais aussi vivement recommandés.

Salaire d’un bruiteur

Le/la bruiteuse gagne un salaire mensuel brut compris entre 3 500 euros et 4 000 euros.

Ce salaire peut varier en fonction des missions, du statut du professionnel (intermittent, salarié, indépendant) et de sa réputation).

Car en effet, dans le milieu du cinéma, la réputation et les expériences influent sur la demande. Et sur les prétentions salariales des professionnels. En tant qu’indépendant à la tête de son propre studio de post-synchronisation, le bruiteur peut augmenter sa rémunération. Celle-ci se calque alors sur son chiffre d’affaires annuel ou mensuel.

partager

Facebook iconTwitter iconLinkedIn icon