12.04.2018  

Retour sur la conférence de Bruno Communal

Rencontres

Après une première présentation sur ce thème l’an dernier, il revient avec une deuxième partie plus centrée sur la « mise en forme de la bande musicale. » S’appuyant essentiellement sur des films de XXème siècle, il s’intéresse à la façon dont les cinéastes utilisent la musique dans leurs films et à la collaboration entre réalisateurs et compositeurs. La première partie de son intervention s’intitule « Quand le réalisateurest le compositeur, » et présente quelques réalisa...

Après une première présentation sur ce thème lan dernier, il revient avec une deuxième partie plus centrée sur la « mise en forme de la bande musicale. »
Sappuyant essentiellement sur des films de XXème siècle, il sintéresse à la façon dont les cinéastes utilisent la musique dans leurs films et à la collaboration entre réalisateurs et compositeurs.

La première partie de son intervention sintitule « Quand le réalisateurest le compositeur, » et présente quelques réalisateurs qui ont préféré soccuper eux-même de leur bande originale, comme Charlie Chaplin ou encore John Carpenter, qui aiement à composer la musique de leurs films.

Le deuxième point de son programme était consacré à lutilisation des « temp tracks » ou musiques temporaires, pratique consistant à utiliser une musique déjà existante temporaire durant le montage, pour jauger le rapport avec limage, avant lintervention du compositeur.
Il a ensuite évoqué ces réalisateurs qui prennent le pouvoir sur les musiciens et changent parfois leurs compositions en les réarrangeant ou les recoupant. Dautres déplacent aussi parfois les séquences musicales, les plaçant ailleurs que là où elles étaient prévues, ou les supprimant carrément, parfois même à linsu du compositeur.
Bruno Communal a finalement évoqué linterchangeabilité de la musique de film, démontrant par la projections dextraits que, sil existe des codes relatifs à différents genres, une scène peut être interprétée de façon totalement différente selon la musique qui laccompagne. La musique influence le spectateur, peut créer une tension, une émotion.

La fin de la conférence a été consacrée aux questions des étudiants, qui se sont interessés aux droits des musiques ainsi quau montage et à lutilisation de musiques et chansons préexistantes dans la bande originale des films.

Les extraits de films étudiés :

– « City Lights » de Charlie Chaplin (1931)
– « Remorques » de Jean Grémillon (1939)
– « Larmée des Ombres » de Jean-Pierre Melville (1969)
– « Pierrot le fou » de Jean-Luc Godard (1965)
– « Alien » de Ridley Scott (1979)
– « Wyatt Earp » de Lawrence Kasdan (1994)

partager

Facebook iconTwitter iconLinkedIn icon