13.08.2019  

Jean-Pierre Mocky l'inclassable du cinéma français…

Infos Cinéma

le 8 aout 2019, le réalisateur, scénariste, acteur et producteur de cinéma français, Jean-Pierre Mocky est mort à 90 ans .

Jean-Pierre Mocky

Véritable légende du cinéma français, talentueux déglingué et provocateur, Jean-Pierre Mocky était un homme brillant et inspiré du septième art français.

Le réalisateur commence en tant qu’acteur au cinéma et au théâtre et devient célèbre en Italie notamment grâce à son rôle dans Les Vaincus de Michelangelo Antonioni en 1952. 

Après avoir été stagiaire auprès de Luchino Visconti pour Senso et de Federico Fellini pour La Strada en 1954, Jean-Pierre Mocky écrit son premier film, La tête contre les murs et projète de le réaliser lui même, mais la société des films Sirius confie la réalisation à Georges Franju. C’est l’année suivante que Jean-Pierre Mocky réalise son premier film Les dragueurs. Depuis lors il n’a cessé de tourner avec plus de 60 long-métrage et quarante épisode de série pour la télévision. 

Dès les années 1960, il touche un vaste publique avec des comédies déjantées comme Un drôle de paroissien ou La grande lessive. Après mai 68, le réalisateur se tourne vers le film noir notamment avec Solo film dans lequel il dénonce la corruption des personnalités politiques. 

Il renoue avec le succès dans les années 1980 avec un film dénonçant, les dérives de certains supporters de football avec À mort l’arbitre sortie en 1984. Le Miraculé comédie sortie en 1987 dénonçant les hypocrisies autour du pèlerinage de Lourdes participe à son succès de l’époque. 

Entre les années 1990 et 2000, les films de Jean-Pierre Mocky connaissent moins de succès mais le réalisateur continue de tourner avec autant de passion. 

Le cinéma de Mocky est souvent satirique et s’inspire généralement de faits de société.

Mocky est à la fois metteur en scène, interprète, scénariste, monteur, producteur et distributeur. Il contrôle ainsi ou cherche à contrôler l’ensemble du processus de production d’un film. Il tourne généralement ses films rapidement et avec peu de moyen tout es restant particulièrement attentif à la technique. 

En 2010 il reçoit le prix Henri-Langlois pour l’ensemble de sa carrière et en 2013 le prix Alphonse Allais. Les festival international du film Entrevue à Belfort en 2012 et la Cinémathèque française en 2014 lui consacrent une rétrospective intégrale. 

A 90 ans, le réalisateur travaillait sur deux projets de long-métrage, l’un sur les gilets jaunes et l’autre sur la campagne d’Emmanuel Macron. 

partager

Facebook iconTwitter iconLinkedIn icon