Devenir Cadreur

En télévision ou au cinéma, le cadreur (ou la cadreuse) se charge du cadrage de l’image, grâce à sa maîtrise des mouvements de l’appareil de prise de vues.

Il ou elle travaille donc sous la direction du chef opérateur et suit les consignes du réalisateur.

Voici ce qu’il faut savoir sur ce métier, les formations et compétences requises pour l’exercer ainsi que ses principaux débouchés.

Requiem For A Dream Darren Aronofsky Cinecreatis 25

Rôles et mission du cadreur

Le cadreur est un technicien en charge du cadrage des images. Cela signifie qu’il définit les limites du champ visuel qu’enregistre la caméra. Il travaille dans le respect des consignes qui lui sont transmises par le chef opérateur et le réalisateur de la production.

Pour les prises de vues, il suit les comédiens, anticipe leurs gestes, varie les plans (plan américain, plan large, etc.) et veille à la fois à la stabilité et à la netteté de l’image.

Ses missions

Pour des productions importantes, le cadreur est généralement assisté dans ses fonctions par un ou deux collaborateurs (assistants-opérateurs). C’est le cas dans le cinéma.

En outre, pour les productions télévisuelles ou vidéos, avec des équipes plus réduites, le cadreur est souvent appelé « caméraman ». Son métier consiste à produire des plans conformes aux consignes du réalisateur. Sa mission l’amène parfois à effectuer des réglages sur l’éclairage et à superviser l’enregistrement du son. Il reçoit ses consignes par le biais d’un casque audio.

Si le réalisateur transmet généralement des consignes précises au cadreur, il attend tout de même de lui qu’il soit une force de proposition sur le tournage. Le cadreur propose et développe des idées en accord avec les contraintes de montage et le scénario de la production.

Un rôle pendant le montage

S’il est présent et actif dans la production des différents contenus audiovisuels, le cadreur joue aussi un rôle au moment du montage. Il contribue au raccord de plan à plan, et de séquence à séquence. Sa mission consiste à faire en sorte que les plants respectent l’ordre chronologique du scénario, alors imaginé par le scénariste.

En reportage, le cadreur a souvent plus de libertés. Il accompagne alors un journaliste et un ingénieur de son. Ici, le journaliste donne les principales consignes de plans et de cadrage. Or, il s’appuie volontiers sur les conseils et le ressenti du cadreur pour les différentes prises de vues qu’ils proposent.

Ce professionnel de l’image et de l’audiovisuel interviendra aussi au moment du montage du reportable, d’où l’intérêt de lui laisser plus de liberté dans son travail.

Diplômes et formations

Pour devenir cadreur ou cadreuse, il est nécessaire de suivre un cursus de formation spécifique en lien avec les métiers de l’image. Certaines formations techniques en photographie ouvrent des portes dans les milieux artistiques et de l’image.

Les formations spécifiques à ces métiers du cinéma permettent de débuter une carrière comme cadreur. Ces formations sont donc :

  • BTS métiers de l’audiovisuel, option métiers de l’image (niveau Bac + 2) ;
  • Licence professionnelle technique du son et de l’image (Bac +3) ;
  • Diplôme d’études supérieures de réalisation (Bac +3) ;
  • Cadreur — opérateur de prises vues vidéo et lumière (Bac +3) ;
  • Titre RNCP Réalisateur-Concepteur audiovisuel, de niveau 6, équivalent à un Bac+3 ;
  • Master pro cinéma et audiovisuel, réalisation et création (Bac +5 ou plus) ;

Il est tout à fait possible de passer par une école privée pour acquérir les connaissances et compétences nécessaires à l’exercice du métier de cadreur, comme CinéCréatis (formation cinéma & audiovisuel).

Se former est la meilleure manière d’entrer de façon sereine sur le marché de l’emploi des métiers du cinéma et de la télévision. Et de s’épanouir en tant que cadreur professionnel.

Compétences et qualités requises

Le cadreur doit posséder des compétences techniques audiovisuelles pointues, obtenues par le biais de formations spécifiques liées aux métiers de l’image. Il doit bien entendu posséder un sens artistique développé.

Ses qualités

Parmi les qualités qui sont attendues d’un cadreur figure la résistance à la fatigue, l’humilité et l’esprit d’équipe. Il faut savoir travailler en parfaite coordination avec l’équipe de production pour exercer dette profession. De même, un esprit méthodique est nécessaire pour devenir cadreur à la télévision ou dans le cinéma.

Ses compétences

Dans l’exercice de ses fonctions, le cadreur doit maîtriser les techniques propres à son métier, notamment celles qui portent sur le numérique. Il doit pouvoir travailler en studio et en extérieur et savoir s’adapter aux conditions de travail variables, qui dépendent du lieu de tournage.

Dans le monde du cinéma, il ou elle doit aussi s’adapter à des horaires de travail peu régulier.

Carrières et débouchés professionnels

Après les études et formations citées précédemment, il est possible de débuter sa carrière comme cadreur pour une chaîne de télévision (locale ou nationale). Mais aussi pour une agence de presse ou une société de production.

Il peut être difficile de démarrer en tant que cadreur débutant. Pour cette raison, il est pertinent d’effectuer des stages et de multiplier les projets professionnels. Par exemple, pour intégrer le cinéma, il vous faudra avoir travaillé comme premier assistant sur trois longs-métrages.

Beaucoup de cadreurs débutent leur carrière en tant qu’assistants-opérateurs, le temps de faire leurs preuves. Ils sont alors en charge du matériel, de son installation, de ses réglages… Il travaille sur tous les équipements de prise de vue : caméra, moniteur, caméscope, etc.

L’assistant-opérateur peut aussi intervenir sur l’éclairage (spots, projecteurs…). Les cadreurs peuvent évoluer vers le poste de directeur de la photographie, ou devenir assistants-réalisateurs et réalisateur, dans de plus rares cas.

Salaire d’un cadreur

En moyenne, le salaire d’un cadreur est de 2800 euros bruts par mois.

En tant que débutant, vous pouvez prétendre gagner environ 1200 euros bruts par semaine (en moyenne). Vous serez le plus souvent un intermittent du spectacle, rémunéré à la journée, à la semaine ou à la mission.

Il est possible de rencontrer des périodes d’inactivité entre deux contrats, qui peuvent être plus ou moins longues. Cependant, il est aussi courant d’exercer le métier de cadreur en CDI pour une société publique de télévision ou une société privée.

Sa rémunération va donc dépendre de son statut (salarié, intermittent), de ses missions et de sa réputation.

partager

Facebook iconTwitter iconLinkedIn icon