03.04.2020   Nantes

Rencontre avec Axel Gaillard, machiniste.

Actu école, Rencontres

Afin de maintenir le contact avec ses anciens élèves et de leur faire partager leur expérience professionnelle avec les étudiants, Cinécréatis organise entre eux des rencontres.

Ag 2
Axel Gaillard à Cinécréatis

Rencontre avec Axel Gaillard, machiniste

Afin de maintenir le contact avec ses anciens élèves et de leur faire partager leur expérience professionnelle avec les étudiants, Cinécréatis organise entre eux des rencontres. Ainsi, peuvent-ils échanger avec des techniciens qui mettent en pratique les connaissances acquises lors de leur formation et envisager les débouchés auxquels leurs diplômes leur donnent accès. C’est dans ce contexte qu’Axel Gaillard a animé un atelier pour les étudiants de troisième année de l’établissement.

D’une vocation à l’autre

Lorsque qu’Axel Gaillard intègre Cinécréatis en 2012, il se destine à la carrière de comédien, mais prend finalement part à la création des trois films de fin d’année de l’école en comme assistant caméra, électro et machiniste.

À la sortie de sa formation, il est recruté comme stagiaire en machinerie sur le tournage d’une série produite par « Image et compagnie » pour Arte : « Manon, 20 ans ». Après avoir travaillé dans l’équipe du chef machiniste Gaston Grandin, il est rappelé par la même société de production pour participer au tournage d’une nouvelle série filmée dans la région nantaise dont il est originaire :   »Alphonse président  ».

Axel Gaillard

Pour Axel, qui se destinait à une carrière de comédien, l’évidence s’impose peu à peu, l’esprit d’équipe et la dynamique artistique qui se crée autour de la machinerie le séduisent. Bientôt, c’est en cette qualité qu’il enchaine les tournages de publicités et participe à de grosses productions cinématographiques comme « Le chant du loup » d’Antonin Baudry avec François Civil et Omar Sy ou  « La boite noire » de Richard Berry avec José Garcia et Marion Cotillard.

L’audiovisuel par passion

Axel Gaillard aime les courts métrages, la liberté de ton et la créativité qu’ils permettent et la cohésion d’équipes légères autour de projets passionnés. Ainsi, participe-t-il bénévolement au tournage du premier film de Lawrence Valin « Little Jaffna ». Fils de réfugiés politiques venus d’Inde et du Sri Lanka, Lawrence Valin a passé́ une partie de son enfance et de son adolescence à La Courneuve, c’est dans le décor des quartiers tamouls des environs de Paris que se déroule le premier court du jeune acteur — scénariste — réalisateur alors étudiant de la Femis.

La réussite de ce court est à l’image de l’entente parfaite que tisse Lawrence Valin et son équipe technique. Lorsque Canal plus puis Netflix lui commandent deux nouvelles productions c’est tout naturellement qu’Axel intègre le tournage.

Retour à Cinécréatis

C’est pour exposer son parcours d’intermittent, entre écriture et tournages, qu’Axel Gaillard est revenu de Paris où toujours dans les starting block il intègre au pied levé les grosses productions publicitaires et audiovisuelles.

Lors de cette rencontre, il a également fait découvrir aux étudiants, grâce à des exercices pratiques, les techniques de machinerie  nécessaires à créer l’atmosphère et l’esthétique que les réalisateurs souhaitent donner à leurs films. Alex leur a montré comment répondre aux attentes des cinéastes en apportant à leurs œuvres une identité forte et singulière grâce à l’originalité de leurs prises de vue.

De cet échange riche et chaleureux Axel garde une excellente impression. Dans un courrier à nos équipes, il nous écrit : « Cette génération est très motivée et très curieuse, c’était un plaisir de lui transmettre ce que je pouvais. C’est extrêmement prometteur à la fois pour les films de fin d’études, ainsi que pour leurs avenirs.  »

partager

Facebook iconTwitter iconLinkedIn icon